Note de ce sujet :
  • Moyenne : 5 (1 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
pouvoirs psychiques VS psychose
#1
Bonjour!

Je travaille en hôpital psychiatrique et il y a une question qui revient toujours dans ma tête même si j'ai une bonne idée de la réponse : où est la limite/ligne entre les pouvoirs psychiques et la psychose ?

La psychose n'est pas une maladie, mais un symptôme. Il peut être causé par la schizophrénie, un trouble bipolaire, une dépression, une consommation de drogues, un accident à la tête, un état de stress post-traumatique ou un trouble délirant.

Mais il faut surtout s'attarder aux symptômes dit "positifs" de la psychose :
- idées délirantes (croyances enracinées et fausses sans rapport avec la réalité ni avec la culture de la personne);
- hallucinations (la personne entend, voit, goûte, sent ou ressent des choses qui en réalité n'existent pas);
- désorganisation de la pensée et du discours, en plus d'une perturbation du comportement. Ainsi, on peut observer par exemple que la personne saute du coq à l’âne, a de la difficulté à se concentrer ou de suivre une conversation, est incapable d'accomplir des tâches quotidiennes.

Par expérience, je sais qu'on ne traite pas tous ceux qui affirment avoir des hallucinations ou des croyances débiles, mais seulement ceux qui sont désorganisés au point d'être incapable de vivre une vie normale (la routine dodo-manger-boulot avec une vie sociale).

Selon vous, qu'est-ce qui différencie la psychose et les pouvoirs psychiques?
Zelda
Directrice générale (ou folle à lier... c'est pareil...)
Sorcellerie.net
#2
Question trés intéressante qui m'interpelle bien....

Quand a t on à faire à un vrai médium, un vrai connecté sur les champs de pensées pures ? Et quand a t on à faire à un psycho obsessionnel ?

La réponse pourrait bien se trouver ailleurs que dans tout ce qu'on pourrait bien chercher...

Comme par exemple dans ce curieux phénomène de "l'ami invisible" manifesté par de trés nombreux enfants.

Donc dés fois par hasard je te le demande avant cela t'aidera peut être à suivre mon raisonnement ultérieur mais : Avais tu un "ami invisible " étant petite avant l'age du lire écrire parler. Un jouet avec lequel tu causais l'entendant te répondre, ou un personnage imaginaire prenant les formes de tes héros TV / Histoire qu'on te racontait ? Un personnage que tu cachais peut être à tes parents, pressentant que celui là il ne fallait surtout pas leur en parler, mais dont tu traduisais parfois les idées en dessins, et qui te murmurait des rêves/des images  le soir avant que tu t'endormes ? A l'inverse avais tu une "épouvante", un adversaire lui aussi tout aussi invisible,  qui te rendait les nuits impossible, l'idée d'un danger dans l'air ? Genre peur irrationnelle de l'enfance ? Angoisse de cette porte / placard / cave ?

Ou avais tu les 2 ? Le héro invisible qui tenait à distance "le dragon".
Bien à toi
#3
Je pense que la psychose est un état de perte de contact avec la réalité.
Le surmoi perd ses repères et l’imagination prend le dessus.

On n’a plus les deux pieds sur terre et le corps n’interprète plus les stimuli extérieurs de la bonne façon.

C’est une déconnexion!

Il est vrai cependant que cela pourrait être confondu avec un état d’extase spirituel.
Rahmah Seize 
#4
J'ai également œuvré en milieu hospitalier, unité psychiatrique comprise… Et il existe une maladie qui porte le doux nom de "paraphrénie"… Je vous invite à faire quelques recherches sur cette pathologie… Cela pourrait en éclairer certains sur la différence entre "pouvoirs psychiques" et "maladie mentale"

Bien à Vous,
#5
Je me rends compte que mon message précédent est très peu explicite. Pour plus de clarté sur ce trouble mental qui ne manquera pas de vous interpeller, je vous retranscris la définition et les caractéristiques de la paraphrénie.

Et, pour celles et ceux qui désirent en savoir davantage sur cette pathologie, la source de ce qui suit est : http://psychiatriinfirmiere.free.fr/defi...heorie.htm

« Entre les délires de la paranoïa et les formes délirantes de la schizophrénie, existe un groupe important de délires dus à une pathologie nommée paraphrénie. Cette maladie psychiatrique est classée dans les psychoses chroniques de l'adulte.

La paraphrénie est caractérisée par :

1. l'existence d'une production délirante importante juxtaposée à la réalité. Le délirant garde longtemps intacte et disponible une image relativement saine de sa personnalité. Il peut prendre à l'égard de son délire une certaine distance. Il en reste le maître, ce qui lui laisse une certaine latitude d'adaptation à la vie sociale ;

2. la grande fréquence des thèmes empruntés aux mythes infantiles et aux mythes archaïques universels (C. Jung), avec une prédilection pour les choses fabuleuses et surnaturelles ;

3. la prédominance du langage sur l'action. Souvent, le paraphrène est riche d'expressions verbales et graphiques. Son langage écrit est encore plus perturbé que son langage parlé. Il fait appel au symbolisme des mots, des nombres, des couleurs, à la concrétisation des idées et des sentiments ;

4. la longue persistance de l'intégrité des fonctions intellectuelles et de l'affectivité. L'évolution vers la dissociation schizophrénique, la déstructuration de la personnalité ou la détérioration mentale n'intervient pratiquement pas.

La paraphrénie est un délire fantastique dans sa forme, ses formules magiques, sa projection dans l'espace et son mode d'expression. 

(…)

Les troubles de l'humeur rappellent l'hypomanie. On observera de l'exaltation, de la jovialité, une euphorie expansive, la recherche de la conversation avec une grande prédilection pour le monologue, une alternance de phases d'exaltation et de tristesse.

Le délire aura pour thème les idées de grandeur, ou le génie littéraire ou scientifique, ou encore les pouvoirs surnaturels à gouverner le monde. On observe aussi des thèmes délirants rappelant l'érotomanie, des idées mystiques : création d'une religion nouvelle, révélation divine. Les malades se croient voué(e)s à une mission évangélique ou sociale. Le binôme "grandeur/persécution" peut également être présent. Les idées de persécution ont alors un caractère impersonnel. C'est la société tout entière qui est visée à travers elles. 

Les phénomènes hallucinatoires se signalent par l'importance des hallucinations visuelles où l'imagination créatrice délirante trouve son inspiration. Il existe également des manifestations paramnésiques comme les faux souvenirs et les fausses reconnaissances. (…) »


Bien à Vous
Et
Au plaisir de vous lire
#6
Bonsoir tout le monde, 

Alors il n'y a donc personne pour venir causer de son ami invisible de quand il était petit...

Peut être vous n'en aviez pas... Dans ce cas petit vous ne dessiniez que des maisons, vos parents,  le soleil, et les nuages, on ne voyait pas apparaitre dans vos dessins des roues solaires, ni d'échelles, ni de pentagrammes (étoile 5 branches)... Et c'est normal que vous soyez cartésiens, avec une vision matérialiste de l'univers qui s'explique par des lois physiques,  biologiques, archéologiques  etc... Normal que vous soyez septiques, non croyants et suspects vis à vis de l'autre : Celui dont la conscience autrement stimulée que la votre,  a développé tout petit  celle de la présence de cet  "ami imaginaire".

A la base voir l'ami imaginaire c'est un don qu'on a tous comme une graine... Selon ou elle va tomber, elle poussera, deviendra un arbre genre kabbaliste ou encore mieux : Yggdrasil. Ou bien elle avortera ou poussera chétive.

Et donc dans ce cas : si demain vous présentez des syptomes psychotiques, cela sera purement psychiatrique et en lien avec des tas de causes de domaine psychiatrique : Chocs, stress, traumatismes, agressions, substances etc... Et vous évoquerez des tas d'obsessions peut être mais sans rapport avec le mystique.

Vous ne ferez donc pas de paraphrénie, car ce syndrome là il est réservé à ceux qui autrefois avaient un ami imaginaire, un ami qui a grandi avec eux et qu'ils ont du mal à gérer désormais. 

Cela a toujours était dit écrit, les mises en garde sont nombreuses : Travailler avec l'invisible sans prendre le risque de perdre sa santé mentale suppose d'être ancré. De prendre réguliérement de la distance pour ne pas devenir addict du phénomène de "Bliss" qu'Eliphas Lévi nomme ivresse astrale... Un phénomène qui a sur l'esprit des connectés les mêmes effets qu'une drogue sans prise de drogue et qui est à l'origine de leur pétage de plomb.

D'ou qu'autrefois ceux là qui avaient "l'ami' dans la tête, on leur donnait une éducation spéciale dans certaines civilisations : On les laissait aux druides,ou aux savants grecs, bref à quiconque pouvaient les "initier", leur apprendre à se servir de tout cela sans se retrouver dépassé.. Car c'est quand on le maitrise qu'alors, on peut parler d'un pouvoir psychique.

Bien à vous tous de me dire ce que vous en pensez...
#7
euh... non.

Avoir un ami imaginaire étant enfant n'a AUCUN lien avec la maladie mentale. C'est une phase normale que certains enfants traversent.
"Entre 3 et 5 ans, plusieurs enfants découvrent un nouvel ami tout droit sorti de leur imagination. Ce phénomène est tout à fait normal et toucherait plus d’un enfant sur quatre. Loin d’être inquiétante, l’apparition d’un tel ami est un signe d’imagination et de créativité.
L’ami imaginaire peut être invisible ou incarné dans une peluche, par exemple. Certains amis imaginaires prennent beaucoup de place alors que d’autres sont plutôt discrets. Peu à peu, votre enfant apprendra à faire la différence entre son monde imaginaire et la réalité. Souvent, l’ami imaginaire disparaît vers l’âge de 7 ans. Par contre, il n’y a pas lieu de s’inquiéter s’il reste plus longtemps." (source: naitreetgrandir.com)

Beaucoup de grand de ce monde entendaient des voix et on pu parfaitement fonctionner. 

Par contre, la drogue que les anciens sorciers/chamans/druides/etc. utilisaient pour méditer ou avoir des visions (ca sent l'hallucinogène) est la raison de 90% des hospitalisations en psychiatrie. La drogue détruit les cellules dans le cerveau et ces cellules ne se régénèrent pas, les dommages sont définitifs. Et plus on en prend, plus les dommages sont grands. Les signes (psychiatriques ou cognitifs) sont visibles plus rapidement envers ceux qui y sont plus sensibles... mais ca rattrape tout le monde. On comprend mieux maintenant pourquoi certains chanteurs populaires sont comme ils sont aujourd'hui (exemple: Ozzy Osbourne). 

Leur hallucinations étaient-ils plus réels que les autres qui prennent la même drogue aujourd'hui et qui finissent en psy?

Comment peut-on savoir qu'ils ne faisaient pas des psychoses toxiques et que seul leur position dans la tribu leur donnait du crédit?
Zelda
Directrice générale (ou folle à lier... c'est pareil...)
Sorcellerie.net
#8
Honnêtement, je n’ai pas le souvenir d’avoir eu un ami imaginaire très présent… J’ai sûrement dû accorder plus d’importance à mes amis « réels ». Ceux qui, comme moi, avaient de vrais soucis d’enfants à gérer…. Et passer un certain âge (celui de la raison entre autre), ce n’est plus un don…. C’est inquiétant Big Grin

Par contre, présumer qu’un esprit scientifique manque de créativité est complétement faux. Il n’y a pas plus créatives / imaginatives que les mathématiques…. Le dessin est, par ailleurs, régi par certaines règles géométriques : proportions, perspectives, rapports….

« Et c'est normal que vous soyez cartésiens, avec une vision matérialiste de l'univers qui s'explique par des lois physiques,  biologiques, archéologiques  etc... »

Ah ça oui, c’est normal. La science explique aujourd’hui quantité de choses qui ne pouvaient l’être avant. D’où l’omniprésence de l’imaginaire.

Mais aujourd’hui, nous savons qu’une éclipse est un phonème astronomique et pas un monstre qui dévore le soleil, que les éruptions volcaniques ne sont pas la démonstration du courroux des dieux, mais un phénomène géologique, que les déluges d’avant sont les tsunami d’aujourd’hui, que les feux follets ne sont pas des esprits malins mais le résultat de la combustion spontanée de gaz….  Alors oui, permets-moi de douter lorsqu’il s’agit de « croire ». C’est ma manière d’avancer et de conforter ou non mes croyances…. Et oui, je ne crois pas en « rien » contrairement à ce que tu affirmes (tu affirmes d'ailleurs un peu trop lorsqu'il s'agit de porter un jugement sur les autres...  C'est mon avis de cartésienne matérialiste... Big Grin

Mais je ne crois pas en la maîtrise de pouvoirs « surhumains », n’ai pas envie de frayer avec les fées, de copiner avec un « ange », de chanter avec les Sirènes, de voler sur le dos d'un dragon ou de taper la carte avec Satan (Stan ?)…. Je laisse tout cela aux plus « éclairés ». Moi, il me manque une chimère parmi mes amis…. 
#9
Salut Zelda et les autres,

On est bien d'accord : avoir un ami imaginaire n'est pas symptome de maladie mentale. Pour moi, dans mon analyse perso d'adepte de HM : C'est un don avec lequel on nait tous et qui se développe chez tous si le terreau est bon à son développement. Chez les "nordiques",dont la tradition demeure chez les tziganes,  il est l'expression de 2 phénomènes à la fois : 
HAMINGJA : 

Hamingja est l’être non-matériel qui accompagne l’individu durant sa vie, il est l’esprit protecteur, il est le gardien. Il est le porte-bonheur, le facteur chance d’un individu. Hamingja et Fylgia sont très proche l’un de l’autre et remplissent des fonctions très similaires. Ils survivent à la mort de l’individu et peuvent se “réincarner” au sein de la famille et du clan. Ils véhiculent avec eux un aspect identitaire qui relie l’individu à son clan et à sa race animique, car il y a des races animiques ===> les 12 tribus de la bible par exemple, dont l'archétype revient à travers les 12 districts des Hunger Games. D'ou qu'un truc comme Hunger Games peut être lu autrement par un connecté que par un non connecté.


FYLGIA : 

Fylgia est l’être non-matériel qui lui aussi accompagne l’individu durant son existence. Le terme de fylgia s’explique par la notion de “celui qui suit” car il suit l’individu dans la dimension spirituelle. L’aspect Hamingja protège, tandis que celui de Fylgia va un peu plus loin étant donné qu’il aide littéralement l’individu, il est le conseiller du monde des esprits  ===> On y retrouve le côté éclaireur de l'ange de la lumière. La Fylgia pouvait apparaître par exemple en rêve, surtout avant la mort de la personne. On pourrait la comparer à “l’ami imaginaire” qu’ont certaines personnes durant leur enfance. Tout comme la Hamingja, la Fylgia survit à la mort de l’individu et peut se lier à un autre individu de la famille ou du clan. Ici aussi est véhiculée l’idée identitaire de l’être par rapport à son contexte familial et ethnique ===> Tous les cultes des anciens et des patriarches que tu retrouves tant chez les polythéistes que les monothéistes, mais aussi le fait que beaucoup de médium te le diront : Ils ont découvert tout cela tout petit, et dans leur famille leur mére, grand mére étaient déjà pareille.


Donc c'est normal, de voir l'ami imaginaire... Mais son explication est autre chez les nordiques que sur les sites pour les nouveaux parents.

Pour autant les enfants qui voient des trucs imaginaires  ne prennent pas de drogue. Comme les Moines au Tibet qui n'en prennent pas non plus.... 

Et débarques dans une école Talmudiste en leur proposant juste un joint, tu vas voir comment tu vas te faire recevoir... Et pourtant eux avec leur kabbale ce sont les champions de l'ami invisible ou ils voient carrément Dieu en lui.

Par contre ce qu'on ne peut exclure sous certaines contrées type payennes, c'est que voyant des choses que les autres ne voyaient pas, ils ont eu l'idée de leur faire partager tout cela, en les invitant à consommer des drogues.

Car comme dit : il y a un phénomène de Bliss, d'ivresse astrale associée à cet état (le Nirvana), qui produit sur leur cerveau quand ils sont alignés,  tous les effets de toutes les drogues qui existent et que tu pourrais même imaginer,  tant cette "Alchimie" peut aller loin .... Le phénomène est sous estimé, mais cet état les shoote vraiment, et ils peuvent même avoir une dépendance vis à vis de ce bliss, les amenant sans cesse à se magnétiser/hypnotiser davantage pour s'y maintenir.
Et donc derrière les cérémonies sous stup il y a l'idée de transmettre cette vision et son état,  permettre aux autres de les suivre et d'accèder à ce monde où eux ils vont sans drogue juste en suivant leur ami invisible. Et en effet pas de drogués dans les Temples Zen, végétariens, adeptes des arts martiaux parfois, ils ont des hygiènes de vie trés saines malgré leurs visions.

Et puis  à Uppsala dont les cérémonies sont authentifiées comme associées à la prise de substances, ils ne faisaient cela que tous les 9 ans... Ceux qui ont utilisés les drogues avaient un rapport sacré à tout cela, que n'ont peut être plus les chamanes qui reçoivent les touristes en amazone pour 2000 euros le séjour sous haya à courrir après le Jaguar. 

Donc il y en a beaucoup,  la majorité d'ailleurs qui ne prennent rien, et pour ceux qui prennent,  si ils savent garder le controle ils ne sont pas tous supposés finir comme  Ozzy.

Bref comme disait Paracelse : ce n'est pas la substance le poison c'est son dosage, et le premier de tous les pouvoirs psychiques, c'est le controle de soi même et donc de toutes ses formes de consommations à caractère addictifs. Car le sexe ou le Jeu peuvent eux aussi produire l'effet de drogue.

En tout domaine : devenir fou c'est perdre le controle.

Et ainsi d'autres ont rajouté en tête du Temple de Delphes : "Connais toi, toi même", cela est le B A ba pour commencer à jouer avec l'ami invisible, qui quelque part : fait partie de toi, fait partie du JE/JEU, parfois sous la forme d'une graine restée embryonnaire, parfois sous la forme d'un arbre.

Et c'est parce qu'il fait partie de toi que parfois juste un coup dur, un deuil, une galère de type survivaliste (tout seul perdu en mer/dans le désert), un accident de voiture, de skate board ou de vélo, et te voilà embringué dans des expériences psychiques hors normes.

Dans mon contexte perso : C'est après 40 ans en tombant de cheval sur le coccyx... Rien de cassé, pas de fractures comme ce fut le cas plus tard... Mais ce choc sur le coccyx, sa remontée sur le cerveau, cela m'a vraiment fait un truc genre kundalini trés puissant, qui m'a ramené mon ami invisible quasi oublié, pendant 40 jours à la maison... Avec ses potes. Un peu comme dans le film Dogma ou ils débarquent à plusieurs pour désorganiser ton quotidien...

Plus spécialement @Anissa : Y'a des enfants genre maltraités, qui ont donc des gros problémes sérieux autour d'eux et pour qui l'ami invisible est une vraie planche de salut, en leur offrant la seule sphére de soutient sur laquelle ils peuvent compter... Que tu ne croives pas à tout cela car sans référence dans ton vécu pour le comprendre est une chose... Que tu jettes le phénomène aux orties et le réserve aux psycho et malades imaginaires en  est une autre. Car c'est un phénoomène bien plus grand et déterminant qu'on l'envisage en sciences modernes, si tu réintégres tout ce que les sciences passées ont pu en dire...

Mais après je ne t'oblige pas à penser comme moi, ni non plus à venir taper le carton avec personne de l'autre côté. J'ai parfaitement conscience que tout cela bien qu'existant est difficile à gober pour celui dont les portes de la perception ne se sont jamais ouvertes sur ce domaine.. Pour celui qui n'a jamais croisé son ami imaginaire.
#10
Bonjour,

(23-07-2020, 08:00 PM)Zelda a écrit : Selon vous, qu'est-ce qui différencie la psychose et les pouvoirs psychiques?

Selon moi, la différence réside dans l'intégrité du Moi.
Un Moi "fissuré", perméable à l'inconscient collectif en permanence et de manière non contrôlée, permet des manifestations occultes qui ne sont pas l’œuvre d'une quelconque maitrise de la personne, mais d'entités qui utilisent les failles psychiques de l'individu pour le parasiter.
Un Moi intègre, au contraire, accède volontairement et sans parasitage, au monde autre et à ces manifestations "extraordinaires".
Il est important de préciser que nous avons tous des failles psychiques, des "portes ouvertes" sur lesquelles nous devons travailler afin de réduire notre exposition aux parasites spirituels.

(24-07-2020, 11:20 PM)Zelda a écrit : Par contre, la drogue que les anciens sorciers/chamans/druides/etc. utilisaient pour méditer ou avoir des visions (ca sent l'hallucinogène) est la raison de 90% des hospitalisations en psychiatrie. La drogue détruit les cellules dans le cerveau et ces cellules ne se régénèrent pas, les dommages sont définitifs. Et plus on en prend, plus les dommages sont grands. Les signes (psychiatriques ou cognitifs) sont visibles plus rapidement envers ceux qui y sont plus sensibles... mais ca rattrape tout le monde. On comprend mieux maintenant pourquoi certains chanteurs populaires sont comme ils sont aujourd'hui (exemple: Ozzy Osbourne). 

Je ne sais pas à quelles drogues tu fais allusion.
J'utilise pour ma part la psilocybine qui est connue pour n'entrainer aucun dommage physique ou psychique.
Il en est de même du LSD, la DMT, et probablement aussi la mescaline.
Certaines substances sont par contre effectivement toxiques, voire mortelles.
Je ne veux pas dire pour autant que tout le monde peut prendre sans danger des champignons.
Ces substances confrontent au monde autre, au numineux, et je crois que peu sont ceux qui sont aptes à y faire face.


(25-07-2020, 07:31 AM)Villachicoubis a écrit : Fylgia est l’être non-matériel qui lui aussi accompagne l’individu durant son existence. Le terme de fylgia s’explique par la notion de “celui qui suit” car il suit l’individu dans la dimension spirituelle. L’aspect Hamingja protège, tandis que celui de Fylgia va un peu plus loin étant donné qu’il aide littéralement l’individu, il est le conseiller du monde des esprits  ===> On y retrouve le côté éclaireur de l'ange de la lumière.

Ce Fylgia me fait penser à l'Agathos Daemon des grecs.

(25-07-2020, 07:31 AM)Villachicoubis a écrit : Et donc derrière les cérémonies sous stup il y a l'idée de transmettre cette vision et son état,  permettre aux autres de les suivre et d'accèder à ce monde

C'est pour cette raison, de mon point de vue, que les substances psychoactives ont été interdites, par l'Eglise Catholique tout d'abord, et de nos jours encore, par nos "élites".
Accéder librement au monde autre, c'est se passer d'intermédiaires tels que les prêtres, pour accéder au divin.
De nos jours, cela permet de maintenir cette coupure spirituelle pour asservir toujours plus les individus.

(25-07-2020, 07:31 AM)Villachicoubis a écrit : Ceux qui ont utilisés les drogues avaient un rapport sacré à tout cela, que n'ont peut être plus les chamanes qui reçoivent les touristes en amazone pour 2000 euros le séjour sous haya à courrir après le Jaguar.

Oui, de nos jours, l'Amazonie est clairement sous contrôle de ces chrétiens dans le discours, mais Marchands du Temple dans les actes.


(25-07-2020, 07:31 AM)Villachicoubis a écrit : Car le sexe ou le Jeu peuvent eux aussi produire l'effet de drogue.

Je ne sais pas pour le jeu.
Pour le sexe, oui, il permet dans certaines conditions des manifestations numineuses.
"Un dieu compris n'est pas un dieu."
#11
Ces substances n'ont pas été interdites par l'Église, mais par nos gouvernements suite aux nombreux problèmes de santé physique, mentale et surtout comportemental que l'utilisation causait.

Il y a pas si longtemps, l'utilisation de coke (d'où l'origine du nom de la boisson gazeuse, car oui, avant l'interdiction, il y en avait dans les ingrédients!) ou de toutes sortes de drogues étaient couramment utilisés dans les hautes sociétés (ils avaient l'argent pour la payer eux! Cool ) et acceptés par la société en général.
Les violences, maladie mentale et physique ont poussé les gouvernement à l'interdire... tout comme la prohibition de l'alcool à une certaine époque qui avait pour but de réduire les délits et la corruption... (visiblement ca n'a pas marché! Tongue ).
Graduellement, certaines drogues dites moins offensives (marijuana) ont été légalisé dans certains pays. Faut dire que le tabac et l'alcool sont aussi considérés comme des drogues légales.

Tout hallucinogène doit être pris rarement à faible dose et surtout pour les adultes de plus de 21 ans (quand le cerveau cesse de se développer), car les dommages sont plus importants.

Je ne crois pas que la drogue aide dans la pratique. Quand le cerveau perd contact avec une partie du corps (membre amputé, anesthésie), il invente des sensations, ce qui explique les fausses sensations après une anesthésie chez le dentiste (avoir les lèvres très grosses) ou les sensations du membre fantôme même des années après l'amputation.
En anesthésiant notre cerveau avec de la drogue, les sensations recus sont tout aussi erronées. La science a pu établir que cette perte de sensation est causé par la perte de neurotransmetteurs lorsqu'ils traversent d'une synapse à une autre dans le cerveau. L'information ne se rend tout simplement pas, donc le cerveau n'acceptant pas le "vide", il en imagine.
Tout comme une personne qui ne se sent pas bien dans sa peau, la drogue ne fait que nous faire sentir ce qu'on espère vivre... mais ce n'est que des chimères...

En étant ajeun de substances, les sensations recues sont plus vraies, tangibles, car rien n'empêche l'information de se rendre et d'être traitée dans le cerveau. Ainsi il apprend à les détecter et les analyser. On devient donc plus sensible à la détection de ces phénomènes et il est de plus en plus facile de les reconnaitre et de les maitriser!
Zelda
Directrice générale (ou folle à lier... c'est pareil...)
Sorcellerie.net
#12
(26-07-2020, 08:24 PM)Zelda a écrit : Ces substances n'ont pas été interdites par l'Église


Les plantes psychoactives ont été interdites par l'Eglise lors de la conquête de l'Amérique par les espagnols.

J'ai travaillé avec un médecin français devenu chamane.
Il prend de l'ayahusca plusieurs fois par semaine depuis des décennies.
Il a 70 ans et se porte très bien.

Il soigne dans son centre au Pérou des toxicomanes avec l'ayahusca, avec un taux de réussite de 68%.
La médecine allopathique est très loin derrière.

J'en suis à ma 7e année de pratique régulière, et tout va bien, physiquement et psychologiquement.

Les plantes chamaniques ne sont toutefois pas à mettre entre toutes les mains pour la simple raison qu'elles mettent en contact avec le sacré, le numineux, et peu de gens peuvent supporter ce contact.

Saint Thomas d'Aquin a vécu ce type d'expérience à l'âge de 60 ans (sans plantes).
Il a alors déclaré : "Tout ce que j'ai écrit n'est que paille pour le feu."
Il n'a plus rien écrit dès lors et n'a pas terminé sa Somme.
"Un dieu compris n'est pas un dieu."
#13
(27-07-2020, 04:29 AM)Fils du Dragon a écrit : Les plantes psychoactives ont été interdites par l'Eglise lors de la conquête de l'Amérique par les espagnols.

Je parlais de la consommation en Europe.

Ici on se sert de Méthadone à dose décroissante pour sevrer les narcomanes. C’est prescrit par des médecins.
Zelda
Directrice générale (ou folle à lier... c'est pareil...)
Sorcellerie.net
#14
Bonsoir,
 
Juste pour dépanner et aider à mieux comprendre le phénomène de connexion dont font état beaucoup de gens qui croisent des expériences psychiques hors normes et qu’on pourrait ensuite penser rendus fous  :
 
Si demain j’arrive au Labo avec Fils du Dragon, tous les deux en états hallucinés, lui car il aura pris ses petites substances, moi sans rien juste alignée car j’aurais activé mon ami invisible, (Je précise que je suis 0 alcool depuis 30 ans,  je n’ai jamais pris de drogue dure,  pas une 1 fois de ma vie, je tolère juste parfois un joint d’herbe pour me détendre devant un thè, pas de quoi donc se mettre dans l’état ou on chevauche la licorne. Par contre je fume du tabac, jamais pu arrêter ce truc là) .
 
Donc bref si on arrive ensemble et qu’on nous fasse des analyses y’aura de grandes chances à mon sens pour qu’on nous trouve les même taux de substances bio chimiques type adrénaline, dopamine, endorphine et je ne sais quoi de même dans nos corps.
Car le cerveau étant ce qu’il est,  il faut quand même sur terre un stimuli du cerveau pour qu’il stoppe son mode « moteur » pour passer en mode « récepteur ».
 
Donc avec ou sans drogue la chimie qui conduit à la vision est la même, et donc il n’y a pas de vraie ou de fausse vision liée à une prise ou non de drogue. Le mystère, l’intrigue, l’énigme après laquelle courent beaucoup de connectés c’est de savoir surtout ce qui fait que sans rien, il peuvent arriver en « montée de Kundalini » au même état que la prise de drogues cumulées  car de ce que j’ai pu entendre dire sur les effets des drogues dures, quand on s’aligne  :
On a l’effet flash/éclair de l’Héroine  et son sentiment d’être bien
Le patch anti douleur de la coke et son effet dynamisant
Les distorsions hallucinatoires du LSD et des champignons
L’œil scanner de la DMT qui fait qu’on peut voir à travers son corps, sentir son sang dans ses veines, etc…
 
+  encore pleins de trucs dont on n’a pas encore trouvé les drogues ni les films  qui donnent ces effets très spéciaux, genre par exemple les remontées de mémoires historiques (= la visite des champs akashiques)
 
Bref le vrai du faux de la vision n’est donc pas dans le fait de prendre des drogues. C’est sur quoi se branche ensuite le cerveau quand il entre en connexion, en mode récepteur car vous entendrez souvent les connectés parler de 2 mondes : Haut et Bas astral. Et tout le monde même ceux qui ne croivent pas,  savent que le bas astral faut s’en méfier. C’est donc dans le principe du bas astral qu’il faut comprendre le principe  des visions fausses et délires hallucinés sans aucun sens. Pas dans la prise ou non de drogue. Et c’est au contact donc du bas astral qu’un délire animique avec / sans drogue peut virer en délire psychotique.
 
Voilà si cela peut vous aider à comprendre un peu de cet univers spécial de ceux qui voient l’invisible qui à ce stade se divise donc en 2 zones le haut et le bas astral.
 
Bien à vous tous.
#15
Pas besoin de drogues pour sentir et s’y rendre. La dopamine est sécrétée aussi quand on fait du sport ou une activité qu’on aime, c’est la drogue naturelle du cerveau! La aussi il y a des accro qui font des trucs hyper dangereux pour la ressentir plus fort.

Tout ça pour dire que selon mon expérience, nulle drogue n’est nécessaire. Ça ne vaut pas la peine de prendre le risque de développer une dépendance physique ou des problèmes de santé mentale juste pour « aller plus vite » (si vraiment ce n’est pas des hallucinations).
Zelda
Directrice générale (ou folle à lier... c'est pareil...)
Sorcellerie.net
#16
Cela peut être vu et rationnalisé comme hallucinations... Mais cela est plus. On utilise parait que 10 ou 20% de notre cortex cérébrale. Cela est à rechercher dans les parties qu'on n'utilise pas d'ordinaire. Dans les 80 ou 90% qui reste.

Et donc je te confirme : certains n'ont pas besoin de drogue pour activer ces zones. 

Ils ont chacun leurs trucs pour s'activer, des trucs que leur a enseigné l'ami invisible.

Car c'est cela le plus troublant : Comment l'ami invisible est autonome et capable d'inter agir en s'adaptant tant à l'enfant que l'adulte qu'il deviendra. Il ne dépend pas de ton désir, car parfois il peut même aller contre ton désir et faire barrière ---> Et la tu sens comme une bipolarité qui s'installe, qui peut évoluer vers des dédoublements... 

On parle des sportifs mais on peut aussi se pencher sur le cas des artistes.... Car parlant d'ami invisible de drogues tout cela tu as des trucs parfois trés inspirés qu'on se demande ou ils vont chercher cela ?  exemple DEPECHE MODE la chanson Never let me down again, interprété vu de la drogue et son usage mais qu'un connecté peut aussi lire autrement.... Et de mon côté j'ai parfois causé avec des artistes qui me décrivaient des fièvres proches des miennes, d'ou que les muses etc... sont aussi un phénomène psychique à rapprocher je pense de celui de la connexion. L'artiste connecte se trouve influencé par autre chose comme état d'esprit que l'esprit terrestre.... Beethoven qui entendait des symphonies est un autre exemple... Ils sont nombreux du coté des artistes à être un peu allumés.

https://www.youtube.com/watch?v=Xq428DZI-eg
[b]I'm taking a ride[/b]
Je pars en virée
[b]With my best friend[/b]
Avec mon meilleur ami
[b]I hope he never lets me down again[/b]
J'espère qu'il ne me laissera plus jamais tomber
[b]He knows where he's taking me[/b]
Il sait où il m'emmène
[b]Taking me where I want to be[/b]
Il m'emmène là où je veux être
[b]I'm taking a ride[/b]
Je pars en virée
[b]With my best friend[/b]
Avec mon meilleur ami

[b]We're flying high[/b]
Nous volons haut
[b]We're watching the world pass us by[/b]
Nous regardons le monde nous ignorer
[b]Never want to come down[/b]
Je ne veux plus jamais redescendre
[b]Never want to put my feet back down[/b]
Je ne veux plus jamais poser mes pieds
[b]On the ground[/b]
Sur le sol

[b]I'm taking a ride[/b]
Je pars en virée
[b]With my best friend[/b]
Avec mon meilleur ami
[b]I hope he never lets me down again[/b]
J'espère qu'il ne me laissera plus jamais tomber
[b]Promises me I'm safe as houses[/b]
Il me promet que je ne cours aucun risque
[b]As long as I remember who's wearing the trousers[/b]
Tant que je me souviendrais qui porte la culotte
[b]I hope he never lets me down again[/b]
J'espère qu'il ne me laissera plus jamais tomber

[b]We're flying high[/b]
Nous volons haut
[b]We're watching the world pass us by[/b]
Nous regardons le monde nous ignorer
[b]Never want to come down[/b]
Je ne veux plus jamais redescendre
[b]Never want to put my feet back down[/b]
Je ne veux plus jamais poser mes pieds
[b]On the ground[/b]
Sur le sol

[b]Never let me down[/b]
Ne me laisse jamais tomber

[b]See the stars, they're shining bright[/b]
Regarde les étoiles, elles brillent de mille feux
[b]Everything's alright tonight[/b]
Tout va bien ce soir

#17
L'utilisation de 10% de notre cerveau est une légende urbaine sur-utilisée dans les films/séries/BD/...

Les drogues sont utilisées chez une personne vivant un mal-être qui disparait lors de la prise de drogue. Ils se sentent surpuissant!
Les artistes sont des sentimentaux avec beaucoup de douleur intérieure qui se cachent derrière la drogue.

La drogue et l'alcool brisent le mur de la retenue et éliminent tous nos blocages. pas pour rien que la créativité est plus facile... mais pourtant elle est la, c'est nous qui la bloque.
Même chose pour la magie, la capacité est la, c'est toi qui te bloque. On est parfaitement capable de le faire sans...
Zelda
Directrice générale (ou folle à lier... c'est pareil...)
Sorcellerie.net
#18
Et bien Villachicouhis pour quelqu'un qui a décidé de quitter S.net pendant 6 mois après l'avoir lancé, soit disant, et lui permettre de renaître à nouveau, tu reviens très vite je trouve pour inciter les gens à prendre de la drogue, comme si cela était anodin.

Il y a des gens fragiles, des jeunes, des personnes inexpérimentés qui pourraient bien vouloir tenter l'expérience en te lisant, car ils pourraient penser que puisque tu te positionnes (encore et encore) comme détenant la vérité et en donnant des leçons à tout le monde, ce que tu dis pourrais être vrai.

Sache que je suis contre toutes sortes de drogue pour quoi que ce soit, car aucune ne procure intelligence et savoir.

Puisque Zelda te réponds et qu'elle est la PATRONNE du site et non TOI, je m’abstiendrais de mettre un terme à toutes tes allégations. Cependant, au vue de ce que je lis, et en tant que modératrice, et surtout en tant que mère, je ne peux cautionner de telles choses.

Je te prierais d'aller "enseigner" sur ton propre site que tu n'arrives pas à faire décoller, malgré tout ton savoir exceptionnel, bien supérieur au mien ou à celui des membres qui circulent par ici. Ainsi tu pourras dire ce que tu veux, engendrer ce que tu veux, et nous laisser dans notre ignorance profonde car nous n'avons pas besoin et surtout l'envie d'un professeur d'école maternelle ou d'un gourou.

Merci de tenir ton engagement et de cesser d'étaler toutes tes psychoses.


Voilà donc, à quoi ressemble une conversation VIOLENTE, du à la saturation de lire tes inepties partout sur le site !
Sirène
Aventurière S.net
#19
(28-07-2020, 01:24 AM)Sirène a écrit : Merci de tenir ton engagement et de cesser d'étaler toutes tes psychoses.

C'est pourtant l'objet de ce fil, les psychoses, non ? Big Grin

Il semble ceci dit qu'il faille rajouter les névroses dans le titre Big Grin
"Un dieu compris n'est pas un dieu."
#20
Personnellement, avant de parler "névrose" je démarrerais par la paranoïa. Mais cela reste une question de choix…. 

Et le rouge est pour rappeler à un membre qu'il risque de franchir une limite, frontière au bout de laquelle se trouve une porte.... Mais pas celle des étoiles Smile

Bien à Vous,
Vous êtes maître de votre vie et qu'importe votre prison, vous en avez les clefs


Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 4 visiteur(s)