Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Vos Objets Magiques Favoris
#1
Bonjour,

Les objets magiques peuvent faire partie de notre quotidien afin de suivre notre cycle de vie ou être présent dans nos plus grandes épreuves.
Parfois, ils sont utilisés comme support à nos rituels, notre routine quoditienne ou nous procurent une sensation particulière. Je crois qu'en ce temps de renouveau, il pourrait être sympathique de partagée une mémoire, une anecdote ou une péripétie reliée à un objet qui vous touche.


* Avez-vous certains objets qui se démarquent dans votre outillage ?
* L'avez-vous fabriquée vous même ? Acheté ou trouvé ?
* Qu'est-ce qui rend cette objet indispensable à votre quotidien?
* Pouvez-nous nous raconter une anecdote, un accomplissement, un projet que vous avez accomplie avec ce dernier?



Bonne Journée !
-=xxxxxx=-
DeathBreeze
Poltergeist de Zelda
Sorcellerie.Net
Répondre
#2
Bonjour,

J'avais pleins de choses avant, qui relevait plus de la superstition. Meme si j'ai pierres, tarot, et diverses choses...
Mon journal (voir mes journaux depuis mes 12 ans) sont les plus importants. Je note les reves tous les jours depuis lors, les faits, les synchronicités, les signes, les reflexions, l'evolution, textes spirituels, critiques, schémas, dessins de visions... et en revenant parfois en arriere, on apprend tellement de choses. C'est tres troublant.
La folie est un don de Dieu.
Répondre
#3
J'ai un sac plutot lourd... rien qu'avec tous les animaux qu'il contient, sans lesquels je n'aurais jamais compris mon instinct de survie, ni que la métempsychose ce n'est pas des conneries : cela marche vraiment !!!!

A coté j'ai beaucoup d'abécédaires : Lettres hebraiques bien sur, mais aussi grecques, arabes, sumériennes, latines sans oublier la magie à carreaux écossais : Les runes et leur wyrd.

J'ai des jeux : des jeux de cartes, des jeux de petits chevaux et de grands cavaliers,  des jeux d'esprits....

J'ai un arbre à qui je raconte tout en lui demandant de tout rapporter au ciel. C'est mon bureau des plaintes.

J'ai une boite avec pleins d'images : mon imaginaire et son coté tantot boite de schrodinger quand j'y mets un chat, tantot boite de pandore...

Bref j'ai un gros sac.
Répondre
#4
Je reprends tout juste la magie, mais à priori, je suis une minimaliste. :p

Je compte me contenter du minimum pour mes rituels : bougies, encens, etc. sans que ce ne soit pour autant des outils consacrés.
Néanmoins, si je devais citer un outil magique (j'ignore si je peux vraiment le considérer comme tel), ce serait un stylo. Pour dessiner mes talismans, pour écrire dans mon journal de bords de sorcière ou mon journal des rêves.

Quand j'étais ado, je rêvais de fabriquer ma propre baguette magique, mais finalement, je n'en ressens plus le besoin aujourd'hui. Ma baguette, c'est ma plume, autant en magie qu'au quotidien lorsque j'écris des histoires. Heart
Répondre
#5
Pour ma part.... ce sont plus ou moins des outils magiques.

J'ai des pierres, des plumes, des arts divinatoires des plus variés et provenant d'un peu partout à travers le monde.

Si non, j'adore créer de mes mains, dont peu importe ce que je touche, je le transforme. Je pense entre autre à l'attrape rêves, au miroir noir de sorcière et aux 14 runes de sorcières par exemple.

Malgré tout, je suis une grande minimaliste dans la vie et ce, même si je peux avoir plusieurs choses... Disons juste que j'essaie le plus possible de n'avoir rien en double ou du moins, qui semble inutile. C'est pareil pour ma façon de voir la vie !

Alors vraiment, un objet magique... je dirais mes mains tout simplement.

(Je suis en train de faire un ménage dans tout ce que je peux posséder jusqu'à présent Smile )
Heart  Lilianah, S.net  Heart
Quiconque combat les monstres doit s'assurer qu'il ne devient pas lui-même un monstre, car lorsque tu regardes au fond de l'abysse, l'abysse aussi regarde au fond de toi. -Nietzsche-
Répondre
#6
J en est eu plusieurs a une époque,  encens bougie herbes diverse et variés,  et je suis passer e une autre pratique ou les accessoires sont en partie superflu.

 mais celui qui m'as toujours suivit depuis mes début, est mon grimoire ou plutôt un florilège de cahier de partout, que j'ai écrit moi même avec mes propre rituel en partie coder  le grimoire je l ai mais faut que je le remplisse un jour faut que je mit atele.
sinon j'ai mes oracles, 7 jeu, principalement ca doit être tous.
    Ipsyi

Le mal est il le biens ou le biens est il le mal , tel est la question?
Répondre
#7
C'est marrant cet accessoire récurrent qui revient dans vos témoignages : Le journal, ce ou ces cahiers dans quoi on compile tout pour ne rien oublier....
C'est vrai que cela est un accessoire fondamental. Il faudra un jour s'interroger pourquoi ?
Répondre
#8
J'ai une mémoire enorme, personnellement. Et si je note pas tout, les reflexions/faits passés/idées, me tournent dans la tête et me fatigue beaucoup. Le fait de noter me permet de faire des plans, de me calmer mentalement... Meme si comme les celtes, j'aurais aimé m'en passer. Peut etre devrait-on se faire des contes et des chansons pour s'en rappeler, puis d'en faire un alphabet perso pour synthetiser tout ça.
La folie est un don de Dieu.
Répondre
#9
J'adore ton idée Orphée de compulser nos connaissances sous forme de contes ou de chansons. C'est un excellent moyen de synthétiser les connaissances tout en appliquant un moyen mnémotechnique de les retenir. C'est un vrai travail qui permet une intégration complète des connaissances !

Concernant l'interdiction d'utilisation de l'écriture chez les celtes, elle était dictée par les druides et ne concernait que la partie sacrée de la société. En effet, le profane, la vie courante était rédigé soit en latin, soit en grec.
Trois raisons peuvent être mises en avant concernant cette interdiction :
- Que cette connaissance ne tombe pas dans les mains d'individus non initiés, ou qui pourraient s'en servir à mauvaise escient
- L'écriture fige les choses, et les choses qui ne peuvent plus évoluer sont des choses mortes. L'objectif étant d'enrichir la Tradition par des "nouvelles découvertes" et ainsi que l'apprenti puisse en jour dépasser le maître
- L'absence de documents écrits obligeait les initiés à mémoriser la Tradition, et donc à fortifier leur mémoire (le cursus druidique était d'environs 20 années de formation !)

Le "seul problème" à cette vision, c'est quand il y a rupture dans la transmission de la Tradition. Elle se perd, mais il n'est jamais impossible de la redécouvrir !
Répondre
#10
(12-07-2020, 03:12 PM)Orphée je te cite a écrit :  Peut etre devrait-on se faire des contes et des chansons pour s'en rappeler, puis d'en faire un alphabet perso pour synthetiser tout ça".----> Cet alphabetn perso est le principe même des runes....

Imagines être un viking devant partir en mer à bord d'un drakar sur lequel y'a même pas une cabine pour te protéger de la pluie.... Emmener des livres, des accessoires c'est prendre le risque de les perdre de les détériorer...  Alors tu rassembles tes connaissance en 'paquet' c'est à dire par thémes et pour ne rien oublier à chaque paquet tu affectes une lettres que tu graves et que tu ranges dans une bourse attachée à ta ceinture. Ainsi partout ou tu iras,  tu auras ton matériel intellectuel, et face à un probléme il suffira de sortir la rune qui va de paire pour alors dérouler toute la science qu'elle contient "en synthèse" et résoudre ce probléme.
Répondre
#11
Oui j'avais connaissance du pourquoi de la tradition orale. Il y a un plus : on est toujours à la derniere mise à jour en enrichissant la tradition orale avec le par coeur pour les nouvelles découvertes ^^

Le theme de la chanson et des contes, c'est un peu ce que l'on fait avec les chansons d'enfants, la marelle, les jeux en general. Des concentrés de rappel. Mais si on faisait tous cela à l'heure actuelle où tant de langage sont parlés pour une même chose (je parle uniquement en spiritualité), je ne sais pas si on arriverait à une synthese commune ou un véritable bazard !

Oui villa, c'est pour ça que je parlais d'un alphabet perso. Je dors, je mange et je vis runes en ce moment.
La folie est un don de Dieu.
Répondre
#12
Pour ma par, j'ai une bague, que j'ai enchanter. elle permet de réduire les douleur physique et psychique.

Mes parent me l'avais acheter pour mes 20 ans, et c'était une simple bague dans une boutique sur internet ^^'

Indispensable, peu être pas, je m'en sépare pour travaille ou quand quelqu'un en a besoin, sinon elle m’apaise beaucoup et aussi il faut qu'elle se recharge a mon contact.

Une fois j'était avec mon meilleur ami qui aller se faire tatouer (il adore sa) mais le tatouage été super grand et à partir de quelque heures, la douleur devenais trop grande, alors je lui est passer ma bague. Après l'avoir mise il avais beaucoup moins mal, ce qui lui a permit de terminer entièrement sont tatouage.
Répondre
#13
(12-07-2020, 04:31 PM)Villachicoubis a écrit :
(12-07-2020, 03:12 PM)Orphée je te cite a écrit :  Peut etre devrait-on se faire des contes et des chansons pour s'en rappeler, puis d'en faire un alphabet perso pour synthetiser tout ça".----> Cet alphabetn perso est le principe même des runes....

Imagines être un viking devant partir en mer à bord d'un drakar sur lequel y'a même pas une cabine pour te protéger de la pluie.... Emmener des livres, des accessoires c'est prendre le risque de les perdre de les détériorer...  Alors tu rassembles tes connaissance en 'paquet' c'est à dire par thémes et pour ne rien oublier à chaque paquet tu affectes une lettres que tu graves et que tu ranges dans une bourse attachée à ta ceinture. Ainsi partout ou tu iras,  tu auras ton matériel intellectuel, et face à un probléme il suffira de sortir la rune qui va de paire pour alors dérouler toute la science qu'elle contient "en synthèse" et résoudre ce probléme.

Pour compléter ma reponse,...Et si on faisait un nouvel alphabet, se serait une nouvelle dispersion. Alors qu'on rassemble actuellement tous les savoirs pour arriver à une synthese. Il me semble
La folie est un don de Dieu.
Répondre
#14
Effectivement, il est très intéressant de remarquer que certains objets reviennent.

J'ai personnellement un livre de note qui traine aussi quelques part, possiblement pas assez définit pour le nommer comme Grimoire ( Forcément depuis mon déménagement il est resté scellée dans une boite ahah ). Je vous rejoins donc, Orphee et Ipsyi sur la prise de note. J'ai aussi cette tendance à ne rien vouloir oublier, pouvoir faire des mise-à-jour sur certaines actions posées et voir comment les choses se sont finalement passées.

En temps normal, j'avais toujours une planchette Ouija a portée de main, la première était à ma mère, la seconde était un cadeau, la troisième était un art peint sur bois que j'avais fait et la prochaine est encore irréalisée dans ma tête. Malgré les commentaires plutôt disgracieux que certains ont pour l'objet, c'est une des méthodes qui est le plus naturel chez moi pour la communication.

Evidement, ce n'est que normal d'entendre que les cartes divinatoires sont des éléments importants chez des personnes qui font aussi de la divination, Villachicoubis, Lilianah, vous avez une carte qui vous fait plus vibrer que les autres ?

J'aime bien que certains objets sortent de l'ordinaire *Attention cela n'enlèvre rien aux bougies, pierres et encens! * mais l'idée qu'une bague obtiennent des effets magiques par la valeur qu'on lui donnes, ou qu'un arbre deviens notre confidents, et même qu'un styloe/Plume soit indispensable à nos yeux, c'est très agréable a voir !

D'autres désirent partager leurs objets particuliers ?
Bonne Journée!
-=xxxxx=-
DeathBreeze
Poltergeist de Zelda
Sorcellerie.Net
Répondre
#15
Je suis d'accord avec ce que dit Villa, Orphée et Setana au sujet des runes, mais j'avoue ne pas m'y connaître assez pour en faire une chanson... un conte, etc.

Et oui, le grimoire semble revenir souvent et c'est peut-être normal dans un sens.... m'enfin. Pour ce qui est d'une bague, je l'ai déjà lu pour d'autres personnes, mais il reste qu'effectivement, c'est moins prisé que pour les personnes avec leurs plumes, pierres (la bague par exemple), oracles et tarots, etc. Je dois avouer que je n'ai pas de grimoire à proprement parler et dans un autre sens j'en ai un. Tout ce que je peux dire est qu'en ce moment, je suis en train de faire coucher et ce, à travers des peintures, tout mon savoir et mes connaissances ésotériques, spirituelles et de la vie humaine pour ainsi en faire un oracle. Je le ferais tout d'abord pour moi, mais il reste que si ça en vaut la peine, je n'aurais pas de difficulté pour le rendre public.

Pour répondre à ta question DeathBreeze, non, je n'ai pas de cartes qui me font plus vibrées que d'autres. Cependant, je sais qu'il y a certaines personnes qui peuvent prendre une carte X pour ensuite l'installer sur leur autel et ce, afin de méditer sur le sujet de la carte tirée... en faire des recherches sur internet pout ainsi mieux s'imprégner de l'énergie de la carte. Je prends pour exemple le fait de tirer la carte de la fourmi dans un jeu sur les animaux lors d'un tirage. Et bien, la personne peut la placer sur son autel, puis se mettre à regarder ce que cette petite fourmi essaye de lui dire, de ce qu'elle peut symboliser collectivement de même qu'inviduellement, etc.
Heart  Lilianah, S.net  Heart
Quiconque combat les monstres doit s'assurer qu'il ne devient pas lui-même un monstre, car lorsque tu regardes au fond de l'abysse, l'abysse aussi regarde au fond de toi. -Nietzsche-
Répondre
#16
Le grimoire, la planche ouija, les runes... En fait tout est lié et le dénominateur commun c'est les lettres... Qui opérent en fait comme des cartes de tarot (c'est trés flagrant dans la pratique des runes et depuis Eliphas Lévi on connait le principe rotas torah tarot).... 

Il est curieux de constater historiquement qu'avant qu'une religion émerge, il  se forge un langage avec son "alphabeth" propre... L'hébreux est apparu pour faire sortir le judaisme. De l'alphabeth latin est sorti le christianisme. Et donc Muhammad a du attendre l'appartion de l'alphabeth arabe pour écrire son coran et engendrer l'islam...

Les signes les images les symboles permettent de communiquer. Mais il ne peuvent véhiculer les idées et les concepts comme le font les lettres.

Et donc derrière tous ces accessoires de magie / rituel,  ou les lettres émergent comme des supports (notamment des supports de mémoire) , c'est en fait la quête des alphabeths sacrés (ceux perdus à Babel) qui vous titille à des degrés supérieurs de vous même.

Quant à "la bague de la guérison" c'est le principe de l'anneau, et de  l'alliance qui remontent.... Il y aurait beaucoup à disserter sur tout cela.
Répondre
#17
Je dois avoué avoir moins d'object qu'avant, avec une femme (qui ne pratique pas) et deux enfants avoir un hotel en permanance n'est plus une possibilité.

J'ai un crane qui me servait pour mes offrandes a un certain moment (le dessus s'enlevait rélevant une cavité), j'ai eu plusieurs dague, athamé et épées j'ai fais un peu de ménage récemment.

J'ai biensur tarot et ouvrage ésotérique beaucoup sur l'astrologie.
Répondre
#18
Tongue 
Mes tarots, les pierres, mon canif suisse qui me sert de boline, mon bâton de marche gravés de diverses choses, le bosquet à côté de chez moi où je me mets parfois en connection, mon tambour et mes pinceaux puisque peindre pour moi est aussi une forme de cheminement méditatif. Un question posee plus haut sur le tarot et sa carte fétiche : je dirais pour moi le fou, le fol, comme sur un fil entre deux monde et son côté lorialesque. Toujours bouger, tout prendre mais ne rien garder pour ne rien regretter. Peut un peu mal incarné, j'ai comme nostalgie d'autres mondes. Cela explique mon pseudo.

Blessed be
)O(


"Pierrot, le Pierrot blanc, le Pierrot lunaire qui rêve à la lune, écrit et soupire à la lune, est l'incarnation même du Lorialet.
Il est issu de la lune et ne songe qu'à y retourner.(

Il avait+ imaginé pour ce faire une nacelle légère de joncs coupés et tressés à la pleine lune, recouverte de lichens de lune, accrochée par des fils fins de rayons de lune à un système de grandes voiles de soie étalées la nuit sur les prés afin de les imbiber de rosée. Il espérait ainsi qu'en s'évaporant, la rosée entraînerait avec elle le frêle esquif et le conduirait jusqu'à l'astre de ses vœux. Mais le soleil avait trop vite asséché la voilure et « faute de combustible la belle espérance était retombée comme Icare dans son rêve d'envol ». Désespéré par cet échec, Pierrot n'y accède plus qu'en songe.
Le Lorialet ne se plaît pas sur terre, même s'il n'est pas sélénite, il semble qu'il en soit tombé et toute sa vie « il restera dans la lune ». Il est mauvais élève et mauvais employé, pourtant il n'est ni paresseux ni de mauvaise volonté, sa tête limbifère est simplement ailleurs, parmi les fifottes du ciel.
ORIGINE
On lui connaît au moins deux origines : celle du Légendaire des Astres écrit en l'an II de l'ère elfique par Maître Her­barius et celle plus terre-à-terre des chro­niques gargantuines.  
La première le dit enfant de Séléné : Séléné, fille de Théia et d'Hypérion, personnifie la lune. Chaque soir, illuminant les ténèbres de ses chevaux argentés, " la divine Séléné-aux-larges-ailes, après avoir baigné son blanc corps dans l'océan, revêtait des vêtements splendides, et s'élevait vers le ciel, emportée sur son char par de brillants coursiers". Parfois un dragon tentait de la dévorer, alors elle se cachait, provoquant une éclipse; et les magiciennes qui la protégeaient faisaient fuir la Bête. Zeus la convoita et lui donna trois filles: Pandia, Némée et Ersé (la rosée). Pan pour la séduire se métamorphosa en vigoureux bélier avant de l'attirer dans les bosquets de l'Arcadie. . . Mais la belle ne désirait qu'Endymion (le beau au bois dormant) à qui Zeus avait accordé beauté et jeunesse éternelle à la condition de demeurer à jamais endormi.
Aussi énamourée qu'une princesse charmante, Séléné se coucha contre son flanc et, de baisers en baisers chaque soir répétés, enfanta cinquante filles. . . et un fils, si « émerveillé des choses » qu'attiré par l'azur de la planète bleue il atterrit sur terre pour épouser une Fée. Depuis, toute sa descendance ne rêve qu'à la lune. . . Le Lorialet en serait le dernier. . .
Les Chroniques gargantuines précisent que le Lorialet ou Lunatique ne serait qu'un simple mortel enfanté par un caprice de la lune: « Lorsqu'une femme se dénude à la lune en phase montante, elle s'expose à être Loarée, c'est-à-dire à être fécondée par l'esprit de la lune, et l'enfant naîtra sous son influence. Une femme qui accouche accidentellement dans un champ baigné par ses rayons mettra également au monde un enfant Lorialet- frappé par la lune. Ce Lorialet sera poète, musicien, vagabond ou cher­cheur de Fées. Il percevra l'invisible, le passé et l'avenir, et ses sentiments s'extérioriseront par la pluie et le beau temps. Comme tous les enfants enfaytés, il ne trouvera pas le bonheur sur terre et fi aura de cesse de courir les chemins lunescents à la recherche des royaumes féeriques. »
Fiche Descriptive

TAILLE : Le Lorialet n'est en général pas très grand - il pousse mal ­dit-on.
ASPECT : Oublions le cliché du Pierrot au visage talqué. Le Lorialet est un rêveur de lune, il n'a nul besoin de fard pour exprimer son rêve. Le Lorialet a le visage rond et pâle, le regard lointain, les cheveux ébouriffés. 
VETEMENT : Oublions également le domino blanc à pompons, la calotte noire, la mandoline et la fraise empesée. Le Lorialet est vêtu comme tout le monde, enfin presque! Très tôt chez l'enfant lunaire il est fréquent d'observer quelques débraillements, quelques écarts vestimentaires qui iront en s'accentuant.

Parvenu à l'âge adulte, ou bien il oublie de s'habiller et laisse ses vêtements se débrouiller tout seuls pour l'endos­ser; le chausser et fermer ses bou­tons, ou alors il se vêt pour attirer la lune et le regard des Fées, et frise le mirifique, la « cloche »  philoso­phique, le dandysme inconvenant. Le chapeau est de rigueur comme perchoir aux Elfines. Un jour il lui pousse des ailes seulement visibles aux autres Lorialets.  
HABITAT : Il aime les lucarnes, les tours, les greniers. Il aime les lieux de silence, les clairières et les mares lunatiques - où qu'il soit, il demeure dans la lune. 
NOURRITURE : La soupe à la grande citrouille, la tisane aux lupulines, à la minette dorée, et les saurinettes d'automne. 
MOEURS : Mélancolique, méditatif et doux, solitaire, il n'a pas d'attrait pour les amours mortelles ni pour les roucoulades de la Colombine. Les chats l'apprécient. Les vers luisants, les phalènes, les éphémères, les lucioles, les hérissons et les champignons le suivent. On l'a parfois classé auprès des 1èmpestaires car involontairement il fait tomber la pluie ou briller le soleil suivant qu'il est triste ou content.
ACTIVITÉS : Il a le don de connaître le passé et l'avenir mais ne l'exploite pas. Il est poète, musicien, météorologue, mais ne rime, ne compose, ne prévisionne qu'au secret de son cœur. On le croit alchimiste mais n'a jamais rien transmuté. Il a par contre perfectionné l'art des visions entoptiques et les voyages astraux. Ses pouvoirs et attirances magiques auraient pu faire de lui un astronome, un cosmonaute mais il répugne à équationner les paysages de l'âme et plus encore se révolte à l'idée de « conquérir » et « exploiter » les divins infinis.
Entre Terre et Lune.
J'erre entre ciel et poussière dans la solitude et le silence, le regard perdu dans les étoiles, le cœur plein de mélancolie. J'allonge le pas sous une nuit éternelle, sur un rivage infini : mon pied est léger, mon cœur est lourd, et mes larmes s'évaporent comme de l'éther dans l'espace. Mon chagrin a le prix des choses inconsistantes : je pleure pour rien du tout.
Je suis affligé, inconsolable, perdu. Je n'ai plus de joie, et mon infinie tristesse est cependant ma raison de vivre. La blonde veilleuse est mon asile : je suis PIERROT LUNAIRE." Un le site lunamoon.online.fr
Répondre


Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 9 visiteur(s)