Article mis en ligne le 21 Février 2017, rédigé par Paul Darin.

L’idée que des continents et des civilisations antiques, avancés et prospères, aient fini noyés sous les eaux, passionne les historiens depuis Platon et bien avant.

Ces histoires sont devenues populaires grâce au grand philosophe grec Platon ; si l’Atlantide est sans doute la terre submergée la plus célèbre, c’est loin d’être un cas isolé. En effet, il existe d’autres légendes qui évoquent la disparition de continents ou de vastes territoires, dont l’un est nommé la Lémurie et l’autre Mu. De plus, la science a validé de nombreux cas d’engloutissements, comme par exemple celui de l’ancien continent nommé la Zealandia, celui de l’étendue du Doggerland ou celui du vaste plateau de Kerguelen.

La légende de l’Atlantide forme, semble-t-il, le cas le plus fameux ; elle donnera lieu à des siècles de théories, le plus souvent restées lettre morte. Mais selon un article sur le site de la BBC, celles qu’on retrouve dans les dialogues de Platon nommés  le « Timée » et le « Critias » font exception. À noter que le philosophe évoque une île et non un continent.

Selon lui, l’influence de l’Atlantide se serait propagée dans le bassin méditerranéen « par-delà les Colonnes d’Hercule », c’est à dire par-delà le détroit de Gibraltar. Il ajoute que l’île est très vaste, plus grande que « la Lybie et l’Asie réunies ».

Les rois y sont des descendants de Poséidon, le dieu de la mer, également celui des tremblements de terre. L’Atlantide forme un empire puissant et son ascendant gagne l’Italie et l’Égypte.

Mais, près de 9000 ans avant que Platon n’écrive à son sujet ( en 360 av. J.-C. environ), suite à une guerre contre les Grecs, elle est détruite par des séismes, des irruptions volcaniques et des inondations… en une seule journée.

Platon documente l’origine de la légende du « Timée ». Selon le site Atlantis Quest, c’est Solon, un homme d’État grec, également un ancêtre de Platon, qui transmet son histoire à Critias. Il aurait visité l’Égypte autour de 590 av. J. C. Apparemment, c’est à Saïs, que la légende lui est transmise par des prêtres égyptiens au fait d’une terre disparue.

Détail intéressant, la recherche de Solon en Égypte est corroborée par Plutarque, en 75 av. J.-C. .

On continue à débattre quant à l’endroit où se trouvait exactement l’Atlantide. Selon certains chercheurs les étendues alternées de terre et d’eau le long des côtes crétoises permettent de la situer là-bas. La théorie la plus récente nous vient du physicien Rainer Kühne qui soutient, selon le National Geographic, que l’Atlantide pourrait avoir été un territoire, inondé entre 800 et 500 avant notre ère, rattaché sud de l’Espagne.

Le scientifique déclare : « Les photos satellites montrent des structures rectangulaires et des cercles concentriques qui correspondent très bien avec la description que Platon fait des palais et de la ville de l’Atlantide. » Son étude a été publiée dans la revue Antiquity.

Une autre théorie stimulante vient du site Atlantis Quest. Le continent aurait pu constituer une partie du plateau des Açores qui s’est englouti de manière soudaine lors de l’affaissement des fonds marins. Cette hypothèse est intéressante car la durée estimée par la géologie de la disparition du plateau correspond à la période très brève décrite par Platon.

Version espagnole : Atlántida : misterio de un continente hundido

Source : http://www.epochtimes.fr

  • Aucun commentaire trouvé
Veuillez vous connecter pour commenter